• JP PLANCHON

L'actu des marchés en 2 minutes

Dernière mise à jour : 4 janv.



Que faut-il retenir ?


Les actions ont clôturé une année mouvementée sur des gains qui ont permis de consolider la reprise entamée en 2020 sur la plupart des grands marchés. Le MSCI World a progressé de 1,91 % dans la semaine précédant la clôture du 29 décembre, portant ses gains à 22,26 % depuis le début de l'année. Parmi les leaders de 2021, l’indice S&P500 a gagné près de 30 %, tandis que l'indice CAC40 des grandes capitalisations françaises affiche une hausse supérieure à 20 %. En revanche, les marchés asiatiques ont globalement souffert des craintes entourant le durcissement de la réglementation chinoise sur les entreprises, l’indice Hang Seng de Hong Kong chutant de 13,58 % sur l'année. Enfin, l'indice JP Morgan Global Government Bond a reculé de 6,68 %(1).


(1) Toutes les données concernant les indices sont exprimées en dollars. Source : Factset, données au mercredi 29 décembre 2021


État du monde


Au Japon, la production industrielle a augmenté de 7,2 % en novembre en glissement mensuel, dépassant les prévisions pour enregistrer la plus forte hausse depuis que des données comparables sont disponibles (2013).

Marquée par la production de véhicules et de produits en plastique, cette accélération s’inscrit dans le sillage d’une hausse de 1,8 % en octobre. Les ventes de détail ont également progressé, affichant une hausse de 1,9 % en novembre (0,9 % en octobre) par rapport à l'année précédente, la baisse des cas de COVID-19 et l'annonce de mesures de relance ayant contribué à stimuler la consommation.


Le chiffre de la semaine: 4,2 %


Selon notre scénario central, la croissance du PIB mondial devrait atteindre 4,2 % en 2022, les économies poursuivant leur redressement post-pandémie. La plupart des pays devront faire face à des contraintes d'approvisionnement persistantes tout en surveillant d’éventuelles flambées épidémiques, mais ces deux risques devraient s’estomper au cours du second semestre. Nous pensons également que les pressions inflationnistes s'atténueront après le premier trimestre, sauf dans les régions touchées par des tensions sur le marché du travail. La croissance devrait retomber à 3,6 % en 2023.


L'effet janvier: éclairage


Cette expression désigne une hausse saisonnière des marchés actions perçue comme la poursuite du « rallye de Noël », ou comme la réaction à un accès de faiblesse de fin d'année. Elle est parfois attribuée aux investisseurs qui placent leurs primes en espèces ou initient des plans d'investissement annuels.

Des études ont montré que janvier se distinguait des autres mois, sur les principaux marchés, en enregistrant une performance positive dans environ 70 % des cas.


Prochaines échéances


Aujourd'hui, l'Inde et la zone euro publieront leurs PMI manufacturiers de décembre, tandis que la Turquie communiquera ses chiffres de l'inflation pour le même mois – en rythme annuel, l’inflation a bondi à 21 % en novembre, tandis que la livre turque a chuté à un niveau inédit. Le Royaume-Uni, le Japon, la Chine et le Canada publieront leurs PMI manufacturiers mardi, tandis que les PMI composites de la zone euro et des États-Unis, ainsi que le compte rendu de la dernière réunion du Comité de politique monétaire de la Fed, seront connus mercredi. Enfin, le taux d’inflation provisoire de la zone euro pour décembre sera publié vendredi, tout comme les récents chiffres de l'emploi non agricole aux États-Unis.

18 vues0 commentaire